Archives du mot-clé rock

Baroque Pop

The+Beatles+Symphony+Orchestra+Inside+Abbey+Road+Studio++Lond

L’orchestre symphonique des Beatles au studio Abbey Road lors de l’enregistrement de « A Day In The Life »

 

La période baroque, qui a suivi la renaissance entre 1600 et 1750, « se caractérise par l’exagération du mouvement, la surcharge décorative, les effets dramatiques, la tension, l’exubérance, la grandeur parfois pompeuse et le contraste » (wikipedia). Ça concernait tous les types d’art: peinture, sculpture, architecture, etc. Au niveau de la musique, les plus grands compositeurs étaient Bach, Vivaldi, Handel.

 

La ronde de nuit, Rembrandt, 1642.

La ronde de nuit, Rembrandt, 1642.

Dans les 60’s du siècle passé, plusieurs groupes de pop rock, parmi lesquels les plus populaires comme les Beatles, les Rolling Stones ou les Beach Boys, ont commencé de fusionner leur musique avec celle classique et spécialement la musique baroque.

Si t’as pris le temps de lire jusqu’ici, tu prendras le temps d’écouter la composition et les arrangements des morceaux baroque pop, de trouver les harmonies et les contrepoints et de deviner quels instruments sont utilisés. Une occasion de redécouvrir certains classiques sous un autre angle.

 

The Beach Boys

The Beach Boys n’est pas seulement un groupe de Surf Music. C’est surtout le groupe de Brian Wilson qui avait du talent de composition, et qui a été parmi les premier à mettre du baroque dans son pop, sur les albums du milieu de années 60.

L’album Pet Sounds (1966) que d’aucun considèrent comme le premier concept album rock, voire le meilleur album de tous les temps, est un bon exemple. Il contient entre autre Wouldn’t It Be Nice,  Here Today et God Only knows.

 

The Beatles

Suite au succès des Beach Boys, les Beatles ont commencé également à mettre du classique sur leurs disques dès 1965 , entre autre avec Yesterday,  Eleanor Rigby et For No One.

 

Ils ont continué avec les cordes et les instruments à vent en 1967 et 1968 sur les album « Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band » et « The White Album »,  avec entre autres « A Day In The Life », Martha My Dear, Good Night ou Piggies.

 

The Bee Gees

Dans les années 60, le disco n’existait pas et les Bee Gees produisaient une pop harmonieuse de grande qualité. Leur musique s’est également teintée de baroque dès 1967 avec par exemple Massachustets, I Started A Joke, To Love Somebody ou Holiday (une de mes chansons préférées)

Love

Love faisait de la musique psychédélique. Pourtant, sur l’album Forever Changes (1967), il y a plusieurs morceaux plutôt baroques, comme  Andmoreagain ou Alone Again Or, qui mélangent plusieurs styles avec brio.

Serge Gainsbourg

On sait que Serge Gainsbourg aimait bien s’inspirer du classique pour ses compositions, et donc plusieurs morceaux ont une sonorité baroque, comme  Initials B.B. ou tout l’album Histoire De Melody Nelson (1971).

Certaines de ses compositions pour d’autres artistes sont également dans le style. Par exemple, Comment Te Dire Adieu pour Françoise Hardy en 1967:

 Scott Walker

Scott Walker, en solo ou avec The Walker Brothers, a produit plusieurs morceaux très baroques. Par exemple, Joanna  (1968), If You Go Away (reprise du Ne Me Quitte Pas de Jacques Brel, 1969) ou  The Seven Seals (1969), qui mélange plusieurs style.

Lee Hazlewood

Il a fait plusieurs morceaux pop rock mâtinés d’instrumentations orchestrales. Mon préféré est Some Velvet Morning. Ce qui rend ce morceau unique, c’est les changements de temps : en 4 quand il chante, en 3 quand c’est Nancy Sinatra.

 

Nick Drake

En 1969, le premier album Five Leaves Left de Nick Drake est très baroque. Citons par exemple les morceaux River Man et Day Is Done.

Mais encore

Citons encore:

  • MacArthur Park, le génial morceau épique de  8 minutes enregistré par Richard Harris en 1968
  • Le chanteur préféré des Beatles Harry Nilsson a fait une reprise assez baroque de Without You (en 1971, 23 ans avant que Mariah Carey nous usa les oreilles avec cette chanson).
  • Les productions de Phil Spector du milieu des années 1960, par exemple Ebb Tide de The Righteous Brothers.
  • The Free Design, un groupe de baroque pop formé en 1967, qui ont fait de jolies chansons, dont une reprise de Michelle des Beatles.
  •  Jethro Tull qui reprit La Bourrée de Bach en 1969
  • On peut aussi aller voir du côté de The Left Banke, avec Pretty Ballerina (1967) ou Walk Away Renee.
  • Margo Guryan, sur l’album Take A Picture (1968), avec par exemple Think Of Rain.
  • Le studio du Velvet Underground s’est également essayé au style sur le premier album de Nico (Chelsea Girl, 1967) , avec Winter Song.
  • Jacques Brel, même si ses morceaux sont souvent plus cabaret que baroque. Par exemple Les Marquises.
  • Certains morceaux des Rolling Stones de la fin des 60s, par exemple Ruby Tuesday (1967).

Baroque soul, baroque jazz?

Certains artistes d’autres styles de musique se sont également intéressés au mouvement, par exemple:

  • Certains artistes soul de la motown, comme The Supremes avec Remove This Doubt (1966) ou Marvin Gaye avec Wholy Holy (du baroque soul?)
  • David Axelrod sur son premier album sorti en 1968 « Songs of innocence », avec par exemple Song of innocence, un jazz orchestral (du baroque jazz?)

Southern gothic music

Photo de Walker Evans

Photo de Walker Evans

C’est quoi le Southern Gothic?

D’abord, c’est un genre littéraire américain qui raconte des histoires qui ont lieu dans le sud des Etats-Unis. Je simplifie, mais j’y connais rien, heureusement il y a wikipedia.

En musique, le Southern Gothic, ou Gothic Americana, ou Death Country, ou Gothic Country ou tout ce à quoi tu penses, c’est une musique qui mélange le rock alternatif et la country. C’est aussi des chansons qui parlent de sujets traités dans les romans southern gothic, donc des chansons narratives avec des histoires un peu sombres.

Ce qui est intéressant, c’est que beaucoup de chansons labélisée « Southern Gothic » sont de la balle. Donc ma définition c’est:

Des morceaux et des groupes américains country/rock un peu sombres qui sont de la balle.

A noter que dans cette catégorie tombe plusieurs murder ballads (Bobbie Gentry, Johnny Cash, Violent Femmes, The Raconteurs, etc.), mais comme j’ai déjà fait un top, je les remets pas ici.

Mon top 10

1.  Black soul Choir, de 16 Horsepower

sur l’album Sackcloth ‘n’ Ashes, 1995

En fait, tout ce que fait 16 Horsepower est considéré comme du Southern Gothic, et tout est de la balle, surtout l’album Sackcloth ‘n’ Ashes. J’aurais aussi pu mettre en top 1 le morceau Haw . Au passage, écouter aussi, la reprise de Sinnerman, qui vaut  le détour.

2. Weightless Again, de The Handsome Family

sur l’album Through The Trees, 1997

The Handsome Family est aussi considéré comme un groupe de Southern Gothic. Tout est plutôt bon, et j’adore leur reprise de Famous Blue Raincoat.

3.  My Darling Sambo, de Jay Munly

sur l’album Jimmy Carter Syndrome, 2002.

Un canadien bien taré. Pour plus d’apocalyptic folk, écouter également Amen Corner  et en fait tout l’album Munly & The Lee Lewis Harlots

4. Esqueletos, de Tarantella

Sur l’album Esqueletos, 2005

Un groupe southern gothic américain qui mélange country, tarentelle et tango dans un style très western, et qui chante en anglais, italien, espagnol… du très bon!

j’aurais aussi pu mettre A Chi Sa Dove Sara ou Dark Horse ou tout l’album Esqueletos en fait.

5. Broken Throat Blues, de Antic Clay

sur l’album  Hilarious Dead Blues, 2007.

Un mec qui n’a fait qu’un album sous ce nom, mais qu’est-ce qu’il est bien!

6. Dirty Blue, de Woven Hand

sur l’album Mosaic, 2006

Le second groupe du chanteur de 16 Horsepower, très bon également.

7. Anhelo, de Sons of Perdition

sur l’album The Kingdom is on Fire, 2007.

Ecouter aussi Blood In The Valley.

8. Old Devils, de William Elliott Whitmore

sur l’album Animals In The Dark , 2009

9. Lungs, de Townes Van Zandt

Sur l’album Townes Van Zandt, 1969.

Peut-être pas tant gothique, mais du sud et quand même un peu dark-country.

10. The Dustlands, de The Walkabouts

Sur l’album Travels In The Dustlands, 2011.

 

Mention honorable pour:

Phantoms Of The Night, de The Coffinshakers, sur l’album « The Coffinshakers » , 2007 (un album de Horror Country!)

That Girl From Brownsville Texas de Jim White, sur l’album « Drill A Hole In That Substrate And Tell Me What You See », 2004

If They Cheered de Lilium, sur l’album « Short Stories », 2003

Comin’ Home de Murder By Death, sur l’album « Red of Tooth and Claw », 2008

 

Photo par Clarence John Laughlin, un photographe southern gothic.

Photo par Clarence John Laughlin, un photographe southern gothic.

 

Une liste de 100 murder ballads

Voici une liste de murder ballads récoltées à travers le temps.
Si t’es pressé, tu peux vite aller voir mon top 10.

 

Si t’en écoutes quelques unes, ou si t’en connais qui ne sont pas là, prend le temps de me laisser un commentaire !

 

Celles qui ont un lien wikipedia sont soit des ballades traditionnelles, soit basées sur une histoire vraie (ce qui est aussi le cas des histoires traditionnelles)

 

Mon top 10 des murder ballads

 

Omie

1. Carolina Drama

The Raconteurs, 2008, sur l’album « Consolers of the Lonely »

Ce morceau ne fait pas seulement partie de mes murder ballads préférées, mais de mes morceaux préférés tout court. On retrouve un peu le style bluegrass des murder ballads traditionnelles et surtout elle est épique et le « la la la laaaa » fait vraiment du bien ! Vivement le retour des Raconteurs.

 

Allez, un live qu’on puisse profiter de la coupe de Jack White.

 

 

2. Henry Lee

Nick Cave and the Bad Seeds (feat. P.J Harvey), 1996, sur l’album « Murder Ballads »

Une murder ballad traditionnelle du 18ème siècle du nom de « Young Hunting« , admirablement reprise et modernisée par Cave. C’est dans les duos qu’il est le meilleur?

 

 

3. Love Henry

Judy Henske, 1963, sur « Judy Henske and High Flying Bird »

Je ne sais même pas ce qu’elle chante d’autre, mais cette autre reprise de la murder ballad traditionnelle « Young Hunting » est extraordinaire.

 

 

4. Country Death Song

Violent Femmes, 1984, sur l’album « Hallowed Ground ».

J’adore le style « punk acoustique » des Violent Femmes. Celle-ci est un peu moins punk et un peu plus country. Murder ballads dans la tradition, basée sur une news de 1862, l’histoire d’un père qui jette sa fille dans un puit.

 

 

 5. Where The Wild Roses Grow

Nick Cave and The Bad Seeds, feat. Kylie Minogue, 1996, sur l’album « Murder Ballads ».

Inspiré de la murder ballad traditionnelle « Down in the Willow Garden » du 19ème siècle. Très beau duo, dans lequel Kylie est la victime.

 

 

6. The Ballad of Tim Evans

Ewan Maccoll, 1957.

J’adore sa voix tremblante, le refrain à 2 voix, la simplicité et l’authenticité de la musique. La ballade n’est pas traditionnelle, mais Maccoll s’est inspiré de la tradition en écrivant cette chanson d’après des faits réels.

 

 

7. Hey Joe

Billy Roberts, 1962.

Sur mon ordi, j’ai 5 versions de cette chanson. Comment choisir la meilleure ? J’aime bien la voix d’Ice T dans Body Count, j’adore le style blues de la guitare de Otis Taylor,  j’aime bien le style garage 60’s de The Litter,  j’aime bien les morceaux psychédéliques de Ant Trip Ceremony, et j’admire le talent de guitariste de Jimi Hendrix, mais on dira que c’est l’originale de Billy Roberts la meilleure.

 

 

8. Ode To Billy Joe

Bobbie Gentry, 1967, sur l’album « Ode To Billy Joe »

J’ai découvert cette chanson à travers la reprise de Joe Dassin. J’aime bien la simplicité de cette chanson écrite par Bobbie Gentry.

 

 

9. Delia’s Gone

Johnny Cash, sur « American Recordings », 1994.

Une murder ballad des années 20, basé sur l’histoire vraie de Delia Grenn qui s’est fait assassinée à 14 ans le soir de Noël 1900.

 

C’est Kate Moss qui joue Delia dans le clip.

 

 

10. Caleb Meyer

Gillian Welch, sur l’album « Hell Among The Yearlings », 1988.

Oui, c’est de la country des 90’s, mais il y a du banjo, dans un style bluegrass des Appalaches qui me plait bien.

 

 

Mention honorable pour :

  •  « Cocaine Blues » et « Folsom Prison Blues » par Johnny Cash, sur « At Folsom Prison », 1968.
  •  « Black River Killer » de Blitzen Trapper, sur « Furr », 2008.
  • « Matty Groves », de Fairport Convention sur « Liege & Lief « , 1969.
  • « The Ghost Who Walks » de Karen Elson sur « The Ghost Who Walks », 2010.
  • « Where did you sleep last night » par Nirvana, sur « Unplugged In New York », 1994.

 

Note: j’ai découvert récemment  Lonnie Donegan, sa version de Frankie And Johnny a sa place dans ce top 10:

Les murder ballads

 

La rencontre

En 1993, un ami m’a ramené des états-unis le CD « Add It Up (1981-1993) » des Violent Femmes.

 

Il y avait dessus cette chanson de 5 minutes dont les paroles sont intrigantes:

 

afficher les paroles

 

Ainsi, on peut faire une chanson qui raconte l’histoire d’un père qui tue sa fille en la jetant dans un puits.

Le déclic

Le déclic est venu avec The Raconteurs en 2008 avec Carolina Drama :

 

afficher les paroles

 

Il y a bien un type de chansons qui racontent des meurtres. C’est les murder ballads.

 

 Murder ballad

Les murder ballads sont un sous-genre des ballades traditionnelles, dont les paroles sont un récit décrivant les événements d’un meurtre,  souvent avec ce qui a précédé et suivi. Ce sont des histoires vraies qui sont se sont passées entre le 16ème et le 19ème siècle. Les paroles étaient imprimées sur des feuilles de papier et vendues pas cher du tout les jours qui suivaient le crime (« broadsheet » ou « broadside« ).

 

C’était le « 20 minutes » de l’époque, mais en poétique. Par exemple une feuille de 1884 (cliquer sur l’image pour la source):

 

 

Pour aller plus loin